Régime préhistorique

Le Dr Boyd Eaton (université Emory, Atlanta, Georgie) a émis en 1985 l’hypothèse qu’un retour au régime alimentaire préhistorique pourrait nous rendre non seulement la ligne, mais aussi la santé… Pour le Pr Bernard Jacotot (Hôpital Henri-Mondor, Créteil, Val-de-Marne), le régime paléolithique mérite largement sa réhabilitation actuelle. « Les apports en graisses y sont faibles, ce qui est compatible avec la prévention des maladies coronariennes et de l’obésité. Fruits, légumes, noix apportent des fibres, qui contribuent aussi à l’équilibre lipidique. Les farineux sont limités, ce qui est une bonne chose car leurs glucides complexes ont des index glycémiques trop élevés. » L’index glycémique, c’est-à-dire la capacité d’un aliment à élever le sucre sanguin, a capté récemment l’attention des spécialistes de santé publique. Les IG les plus élevés se retrouvent dans les aliments apparus depuis le Néolithique : pain blanc, pâtisseries, céréales du petit déjeuner, sucreries ou pommes de terre. Il est aujourd’hui possible de se nourrir comme le faisaient nos ancêtres. Voici quelques idées pour célébrer un retour aux origines avec des aliments peu ou mal connus.  Insectes … Œufs d’oiseaux, de tortue … Noix … Petits animaux : escargot, grenouille… Petit gibier … Abats …  Corps gras à cuisiner : graisse d’oie (cuisson), huile de lin (assaisonnement) Mollusques, crustacés, poissons gras, anguilles Oignons, tubercules, légumes … Herbes et plantes sauvages … Fruits … Baies … Epices … Fleurs…Feuilles (sapin, épicéa, tilleul …) … Champignons.

Partenaire