D – Définitions

Deficit alimentaire

Un déficit alimentaire est un manque d’apports suffisants dans un ou plusieurs nutriments sans que les conséquences touchent à la santé de la personne. Provoqué par de mauvais choix alimentaires ou une déstructuration des repas, il peut se traduire par un niveau de fatigue plus important, une moins bonne résistance aux agressions extérieures et climatiques, un moins bon fonctionnement général du corps. Un déficit peut être comblé par un meilleure équilibre alimentaire. On peut parfois le combler, surtout s’il est la conséquence du dégout d’un type d’aliments, par la consommation de compléments alimentaires en quantités adaptées et raisonnables.

Dénutrition

[en : Undernutrition]

On qualifie de dénutrition les cas d’apports insuffisants en protéines. La dénutrition peut être causée par une alimentation insuffisante et déséquilibrée mais aussi à une mauvaise absorption ou utilisation des aliments provoquée par des maladies du tube digestif.

Deshydratation

Causée par la perte ou le manque d’ingestion de fluides dans le corps. La restriction / le jeûne, le vomissement et l’abus de laxatifs sont les principales causes chez les victimes de troubles du comportement alimentaire. Les symptômes incluent des étourdissements, de la faiblesse ou des urines foncées. Elle peut mener à la déficience rénale, l’attaque cardiaque et la mort.  Durant l’effort sportif, notre principal moyen d’évacuer la chaleur produite est la sudation. L’inconvénient de ce procédé de refroidissement efficace est qu’il conduit à une perte importante d’eau corporelle. En moyenne nous perdons environ 0.5 à 1 l/h mais chez certains sportifs bien entraînés, la sudation peut être de plus de 3 l/h. Il est donc primordial de compenser ces pertes hydriques en buvant pendant l’effort. L’idéal est de boire régulièrement, par petites gorgées, une boisson fraîche (15 °c environ) pour faciliter la vidange gastrique (passage de l’eau dans l’estomac). Pratiquement, on peut conseiller 10 à 15 cl toutes les 15-20 min.

Diabete

Le diabète est un dysfonctionnement du système de régulation de la glycémie, qui peut avoir des causes diverses (sécrétion d’insuline, réponse à l’insuline…). Deux principales formes de diabète primaire existent : le diabète de type 1 : un diabète de type sucré, dont la forme la plus fréquente est la conséquence d’une maladie auto-immune. Le diabète de type 1 est le plus souvent un diabète insulinodépendant. C’est la cause la plus fréquente de diabète chez l’enfant, mais il peut survenir à tous les âges. le diabète de type 2 : le diabète de la maturité, observé le plus souvent chez des individus en surpoids ou obèses, qui ont des antécédents familiaux de diabète de type 2.  Le diabète de type 2 s’associe souvent à d’autres facteurs de risque cardiovasculaire, comme l’hypertension artérielle, la répartition androïde des graisses, l’hypertriglycéridémie et la baisse du taux du cholestérol-HDL. Cette forme de diabète représente près de 80% des cas de diabète. Son incidence augmente, en conséquence des modifications du mode de vie (sédentarité, alimentation hypercalorique, hyperlipidique).On dit plus souvent que ce diabète est un diabète âgé. Le diabète, sans être véritablement classé dans les maladies émergentes, est une maladie non contagieuse qui se développe de manière épidémique depuis quelques décennies, et dont la prévalence augmente fortement et rapidement dans tous les pays. Le diabète est devenu la quatrième ou cinquième cause de mortalité dans la plupart des pays développés. Outre un dépistage permettant un traitement plus précoce, un régime alimentaire adapté, une augmentation de l’activité physique (baisse de poids), avec une sensibilisation et un programme d’éducation continu peuvent fortement diminuer la prévalence du diabète. C’est ce qu’a notamment montré, selon l’OMS, une expérience chinoise conduite sur six ans au sein d’une population sensible, qui a réduit de près des deux tiers l’apparition de cas de diabète.

Dietetique

La diététique est la science de l’alimentation équilibrée. Si la nutrition se définit comme la science qui analyse les rapports entre la nourriture et la santé, la diététique y intègre une dimension culturelle liée aux pratiques alimentaires. La diététique serait le moyen le plus naturel pour conserver ou retrouver son poids, préserver ou améliorer sa santé L’histoire de l’évolution de la diététique montre qu’il n’y a pas une diététique mais des diététiques, qui dépendent de la conception de la digestion et de la connaissance des aliments.

Diuretiques

Un diurétique est une substance qui entraine une augmentation de la sécrétion urinaire et qui peut être utilisé notamment pour traiter l’hypertension artérielle, l’insuffisance cardiaque, certains œdèmes, l’hypertension portale ou l’hypokaliémie. Les principales indications en médecine sont : l’insuffisance cardiaque, l’hypertension artérielle, les syndromes oedemateux. L’emploi des diurétiques n’est pas justifié dans le traitement de l’obésité car induit une perte en eau et non pas en graisses.

Partenaire

Cliquez sur ces liens pour en savoir plus !