V – Définitions

Vegetalisme

Le végétalisme est une pratique alimentaire qui exclut, comme le végétarisme, toute chair animale (viande, poissons, crustacés, mollusques) mais qui rejette de surcroît la consommation des autres produits d’origine animale (œufs, produits laitiers, miel, etc.). Pour une grande part, les végétaliens consomment les mêmes aliments que les omnivores : des fruits, des légumes, des légumineuses, des céréales et des champignons. La baguette de pain, les pâtes sans oeufs, les salades, la choucroute sans garniture, les épices, herbes et condiments (moutarde, ketchup…), certains biscuits, et bien d’autres aliments courants sont végétaliens, sauf en cas de présence d’additifs d’origine animale. Il existe aussi des substituts végétaliens pour de nombreux produits d’origine animale, tels le lait et les yaourts de soja, la mayonnaise sans œufs, les crèmes végétales, les glaces au soja, les substituts de fromage à base de soja, les pâtés végétaux, et les produits à base de gluten et de protéines de soja texturées qui possèdent une texture semblable à celle de la viande. Les pâtisseries, les crêpes et d’autres préparations culinaires traditionnelles peuvent être confectionnées sans œufs ni produits laitiers. Souvent, les végétaliens consomment aussi des aliments sans équivalent dans l’alimentation occidentale traditionnelle, tels le tofu, le seitan et le tempeh. Un régime végétalien mal conduit peut engendrer des carences, notamment en vitamine B12[17], D[18], en calcium[18] [19], en iode[20] et en oméga-3[21]. Celles-ci peuvent avoir des conséquences très graves, tels que l’anémie[22], le rachitisme[23] chez l’enfant et l’ostéomalacie[23] chez l’adulte, le crétinisme[24] (ou plus précisément sa forme acquise, la myxœdème) et l’hypothyroidisme[24]. Bien qu’elles puissent être compensées par la consommation de compléments alimentaires, l’équilibre alimentaire est plus difficile à atteindre.

Vegetarisme

Le végétarisme est une pratique alimentaire qui exclut la nourriture animale. Le mot végétarisme apparaît au XIXe siècle, cette pratique ayant été appelée « abstinence » dans un premier temps, puis « xérophagie » ou « diète végétale ». Le régime végétarien a été prôné par de nombreux courants philosophiques, notamment hindous (dans le cadre de l’Ahimsa) et grecs (essentiellement l’orphisme et le pythagorisme) ainsi que par plusieurs personnalités et mouvements chrétiens. Aujourd’hui, le végétarisme connaît un nouvel essor dans les pays industrialisés, pour des raisons d’ordre éthique et écologique. Le végétarisme est un régime alimentaire qui ne comporte pas plus de risque de carence qu’un régime alimentaire omnivore. Les végétariens prennent en considération les besoins du corps et de manger de façon variée afin de répondre aux besoins du corps en protéines, lipides, glucides, vitamines et sels minéraux. Les végans proscrivant non seulement la chair animale mais également les produits dérivés tels que le lait et les œufs, ont parfois recours à des suppléments alimentaires. Comme dans d’autres régimes alimentaires, des déficiences en certains nutriments peuvent apparaître si l’alimentation n’est pas suffisamment variée.

Vitamines

Substances organiques indispensables en petites quantités pour le bon fonctionnement de notre organisme. Ne pouvant être synthétisées par notre organisme (à l’exception de la vitamine D synthétisée par la peau sous l’effet des UV), elles doivent être obligatoirement apportées par l’alimentation. Elles ont un rôle fondamental dans de nombreux processus chimiques.

Partenaire

Cliquez sur ces liens pour en savoir plus !